Tu rêves de grands espaces et tu finis puni au jardin

Nous étions partis pour tutoyer les nuages du haut du Madres, ils nous ont finalement tenus en respect. Nous étions partis pour arpenter les vastes espaces sauvages, nous avons été contraints de jouer dans le jardin, mais quel joli jardin ! Donc, nous prenons le train jaune avec un tas d’autres vététistes joyeux d’aller se bouchonner sur la trace historique et une folle qui va nous laisser pantois durant l’heure de trajet à deux ou trois reprises. À Mont-Louis nous quittons vite la gare bondée pour prendre de la hauteur, il fait beau, mais au nord, là où nous allons, c’est déjà une autre paire de manches. Les nuages sont bas, 2000 mètres à vue de nez, il y a du vent, comme annoncé, bref, le doute en nous s’immisce. Après une courte pause pour un café, nous enquillons les pistes les unes après les autres pour arriver au pied du Madres, dont on ne devine même pas le sommet perdu dans les nuages. Nous décidons d’avancer malgré tout, parce que allons croiser plusieurs échappatoires si jamais ça ne s’arrange pas. Au col de Creu, un peu dégoûtés, nous rendons les armes, et décidons de faire un bout de route pour perdre en altitude. Il fait 7° à 1700 mètres, nous devions monter à 2400, c’est bouché , il pleut. Nous ne sommes pas équipés pour de telles conditions, la météo nous a trahi. Bel et bien. Elle annonçait presque grand beau.

Un peu plus bas les conditions s'améliorent

Un peu plus bas les conditions s’améliorent

Bref. Nous décidons de prendre la route pour rejoindre Railleu, là où nous étions passé l’an dernier dans notre exploiratoire recherche d’une alternative au train jaune. L’enfer. Il fait si froid dans la descente que nous avons une barre de douleur juste au-dessus du nez, la pluie fouette les yeux, les jambes sont tétanisées par le froid, comme les mains pourtant dans les gants. Nous arrivons à choper un bout de sentier avant Railleu, puis nous descendons dans la vallée par un joli single, il commence de faire meilleur.
Vous voyez en face la trace dévalant la montagne ?

Vous voyez en face la trace dévalant la montagne ?

Le soleil apparaît, faisait renaître l’envie d’en découdre avec les singletracks. Nous décidons alors de pousser plus loin par la route pour aller vérifier une descente que nous avions aperçu en 2013. Le vent, toujours tempêtueux, nous obligera là à pédaler en descente, sur la route… Mais Bingo ! Nous avons pris le chemin à l’envers en portant poussant pour un petit 350 m de dénivelé positif jusqu’au village, tranquille, d’Ayguetebia. Et naturellement fait feu dans l’autre sens pour valider cette jolie trace cassante farcie d’épingles avec une vue imprenable sur les Garrotxes. En bas, nous avons cherché l’entrée d’un autre sentier que nous avions aperçu depuis la route, plus haut, discuté le bout de gras avec un habitant qui nous a déconseillé chaleureusement de nous engager par là.
Jardinage grand style

Jardinage grand style

Nous avons repris la route espérant trouver le sentier supérieur. Après quelques recherches et un jardinage grand style, dans les piquants, la caillasse, les branches basses, les impasses, nous y sommes parvenus, avec un gros doute. Le sentier était barré de cailloux. Était-il effrondré plus loin ? Vu l’heure bien avancée, nous avons fini par la route jusqu’à Oreilla, puis par un joli single jusqu’à Olette en cherchant, encore, de nouveaux singles dans le secteur. Déjà se dessinent par là de nouvelles belles aventures, mais avant, il nous faudra vaincre le Madres sans monter par le train jaune qui nous amène finalement trop tard à pied d’œuvre.

Share

One Response to Tu rêves de grands espaces et tu finis puni au jardin

  1. Pingback: Un petit tour au Madres (1ère partie) | yannk.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

One Response to Tu rêves de grands espaces et tu finis puni au jardin

  1. Pingback: Un petit tour au Madres (1ère partie) | yannk.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *