Happy morning ride en musique

À rouler avant même potron-minet tel que je le fais ces jours ci pour éviter min emploi du temps et la chaleur, on vit de belle aventures en solo. C’est tout d’abord l’occasion de profiter de l’éveil de la nature, c’est bucolique, les lapins qui filent devant la roue, les lièvres parfois, on comprend là tout le sens de l’expression « lever un lièvre. » C’est aussi partir avant le soleil dans la fraîcheur pour le regarder se lever, là bas dans l’Est, et prendre possession, à l’ouest, des sommets éclairés avant tout le monde.

happymorningride1

C’est aussi l’occasion de passer sous les nuages, d’éviter la tramontane, de profiter de la naissance, la température du jour aidant, des bouquets d’odeurs qui peuplent la garrigue, de profiter de lumières particulières aussi lorsque le soleil d’été se glisse jusque dans les vallées.

happymorningride

Mais à partir ainsi tôt, sur le coup de 6 heures du matin, on ne trouve pas souvent de compères pour tailler une bavette pendant que ça monte, pour refaire ou défaire le monde, c’est selon, entre deux coups de flotte. Heureusement, la technologie a prévu ces cas de solitude fortuits, en me permettant d’embarquer des sons. J’écoute des podcast, parfois, mais surtout de la musique.

Dimanche matin, au cours d’une sortie roulante, j’ai donc écouté ce mix plein de vitamine pendant la première partie, toute la grimpette en somme.

Puis une fois au point haut, du côté du col de Foncouberte, j’ai claqué une image de la mer brillante sous le soleil pendant que les nuages s’amoncelaient sur le Canigou jusqu’à le cacher, et changé de disque pour quelque chose de plus subtil.

happymorningride3

Parfait pour les petits matins frais !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *