Parti l’hiver ?

Et voilà j’écris cette note. Dehors la pluie tombe en rangs serrés bien ordonnés, il fait froid, il neige pas loin, la pluie remplit méthodiquement les creux du bitume défoncé de la vieille ville en créant les océans et les mers miniatures d’une mappemonde immense, superbe terrain de jeux pour les gosses qui sortiront de l’école tout à l’heure. 

L'hiver est là, mais loin.

L’hiver est là, mais loin.

Flic flac. Je regarde la pluie tomber en rangs serrés en grelotant presque alors qu’hier, alors qu’hier, c’était dimanche. Et dimanche le temps était tout autre. Pas un nuage dans notre horizon, le vent lui même était en repos dominical après avoir soufflé une partie de la semaine. J’avais décidé de retourner dans la vallée de la Lentilla, parce qu’elle est protégée du vent justement, et que souvent il y fait bon pour rouler.

Heureusement, les munitions rentraient dans le sac.

Heureusement, les munitions rentraient dans le sac.

Ça piquait au moment de mettre le vélo dans la voiture pour se rendre au rendez-vous des bons amis, Jake, Miguel et Simon pour ce jour là. Enfin, Jake et Simon dans un premier temps, Miguel, acharné, avait décidé de faire du rab, avant l’heure. Nous partons donc, un peu à la bourre, par ce bout de sentier le long du canal que j’aime temps en guise d’échauffement avant de plonger dans le boyau de rivière qui conduit à Finestret, là où nous devons retrouver Miguel. Que nous ne retrouverons pas.

Après le portage, rien de tel que de ne plus toucher les freins !

Après le portage, rien de tel que de ne plus toucher les freins !

Poussière tu es…

Poussière tu es…

Enfin, pas tout de suite. Nous attaquons la grimpette à bon rythme, vu comme ça caille, c’est pas le jour à plumer des ortolans en slip afin de rejoindre l’entrée du single ondulant. Là, je fais le point avec Miguel, qui en fait, est encore en bas. Nous convenons d’avancer tranquillement avec Simon et Jake, puisque de toute façon, Miguel nous rend 800 watts à chacun. Nous attaquons ensuite le portage, raide au départ, puis tombons sur le sentier principal qui nous conduit au Pic Marbet. J’arrive à rester un peu sur le vélo dans cette dernière partie, ce n’est pas si mal.

Les singles toujours joueurs de la Lentilla.

Les singles toujours joueurs de la Lentilla.

Au pic, qui est en fait plutôt un col, nous attendons Miguel, nous attendrons un moment en organisant un shoot photo à la va vite pour les archives, sous le soleil, il fait bon. En fait, une incompréhension a envoyé Miguel sur une mauvaise piste et il est de nouveau descendu au pied de la montagne. Il aura bon grimper au rythme d’une mobylette dopée à l’éther, nous attendrons un petit moment. Avant de nous engager avec gourmandise dans la descente. Entre le retard et les embrouilles nous avions entamé de façon conséquente le temps imparti à notre dominicale sortie, nous ne trainions donc pas sur le sentier, nous arrêtant juste le temps de quelques images.

Et le soleil se glisse dans les fractures de la forêt

Et le soleil se glisse dans les fractures de la forêt

laisse le soleil guider tes pas…

laisse le soleil guider tes pas…

La rivière était heureusement traversable au gué, nous pouvions ensuite grimper tranquille de l’autre côté de la vallée pour rejoindre l’ultime descente. Notre plan de départ ajournée, nous devions aller checker un bout de sentier déjà parcouru qui rallonge la première descente, puis grimper de l’autre côté jusqu’au puig pour prendre la seconde descente vers Joch [on sera encore obligés de revenir], nous pouvions débouler dans le final classique comme des idiots.

Heureusement, nosu avons pu traverser la rivière par le gué.

Heureusement, nous avons pu traverser la rivière par le gué.

La remontée de l'autre côté de la vallée n'est pas une partie de plaisir

La remontée de l’autre côté de la vallée n’est pas une partie de plaisir

Je manquais juste de choper un infarctus en découvrant au dernier moment deux trailers ratatinés dans un buisson pour me laisser passer. Miguel, qui roulait devant, les avait prévenu, mais j’ai vraiment eu la trouille et manqué de basculer dans le trou ! Le temps de me coincer la main droite entre le cintre et un arbre (aïe) dans la série d’épingles qui clôt la dégringolade nous reprenions le canal, toujours sous le soleil pour rejoindre les voitures et la bière qui nous attendait, tranquille.

Rock and rock.

Rock and rock.

Faudra retourner pour finir d'explorer, nettoyer.

Faudra retourner pour finir d’explorer, nettoyer.

Avec au bilan, un chouette matinée, trapue comme toujours sur ce parcours, 18 bornes et peut être 700 à 800 m de dénivelé et de bonnes tranches de rigolades, je suis sûr que le rire de Jake résonne encore dans les sous-bois !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *