Un, deux, trois… Soleil !

Non, il n’est pas question dans cette note d’une nouvelle gamelle, d’un nouvel OTB fantastique, juste de signaler le retour du tenancier aux affaires. Celles-ci n’ont jamais été bien loin, mais j’ai un eu manqué de temps pour rouler ces dernières semaines, plus encore pour raconter ce que je pouvais faire. Pour faire simple, on peut aussi dire que j’ai été accaparé par le lancement de #Ride in Pyrénées, que je croulais sous le boulot et que je n’ai pas une grande forme. Bref, depuis les aventures de janvier, à Nohède dans la neige et la nuit à la Gardiole, j’ai rouloté ici ou là, notamment avec Jake pour dénicher un pur spot à photos.

Vivement le printemps e les feuilles sur les hêtres !

Vivement le printemps et les feuilles sur les hêtres !

Ensuite, il y a eu trois jours de ride où j’ai pris cher dans les Albères pour #ride in Pyrénées. Mais c’était beau, bon, étrange, froid, venté, calme, vertigineux, trop dur, tout à la fois ou en morceaux.

Sur la crête des Albères n a joué aux voiliers à roues avec la Tramontane.

Sur la crête des Albères on a joué aux voiliers à roues avec la Tramontane.

Revenant à des altitudes plus convenables, à défaut de latitudes, je suis allé poser mes roues du côté de la région nantaise et de la vallée de la Sèvre du même nom. À Mortagne d’abord pour prendre une pile comack dans les raidars infernaux, puis du côté de Monnières dans une ambiance plus cool même si le soleil n’était pas de la partie. C’est sympa à rouler, mais faut vraiment un gros cœur, ou un cœur entraîné correctement aux efforts brefs mais intenses, pour rester sur le vélo en permanence dans les montées. Alors qu’ici, nous sommes plus habitués à des montées longues mais moins abruptes.

Mortagne sous le soleil.

Mortagne sous le soleil.

La Haie-Fouassière  sous les nuages.

La Haie-Fouassière sous les nuages.

De retour dans les Pyrénées-Orientales, la neige s’était invitée à basse altitude. C’était l’occasion d’aller essayer de taper une plaque que j’ai en rêve depuis longtemps. Bon, le résultats n’est pas celui que j’espérais, il manquait de neige en fait, mais l’ambiance était étrange et belle à photographier. Et cela a conduit à une autre sortie un peu conne dont je vous conterai les affres un peu plus tard avec moultes photos.

La neige crissait quand même sous les pneus.

La neige crissait quand même sous les pneus.

Share

2 Responses to Un, deux, trois… Soleil !

  1. William says:

    enfin, tu nous manquais…
    à bientôt pour la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Responses to Un, deux, trois… Soleil !

  1. William says:

    enfin, tu nous manquais…
    à bientôt pour la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *