Ça pique les moustiques

Retrouvailles avec Franck convalescent, moi même englué depuis des semaines dans une sinusite à n’en plus finir, il fallait bien un peu de plat pour se remettre en selle. Nous avons fait mi-chemin ou presque, pour nous retrouver du côté de Port-la-Nouvelle dans l’Aude sur une trace concoctée par Fred. Il était question de tricotage dans l’île protégée de Saint-Lucie puis d’aller musarder sur de la piste entre La Palme et Port-la-Nouvelle.

« Avec Yann, où qu'on aille, on porte. »

« Avec Yann, où qu’on aille, on porte. »

Et finalement, j’étais bien content que ce fut plat ! Ou presque. Tellement je suis rincé par par ma sinusite. Le tour de l’île c’est sympa, vraiment. On a doublé les triathlètes à l’entraînement dans le canal que nous longions, passé l’écluse, puis avons réussi à nous perdre, enfin, à manquer un embranchement !

Au loin, le port, à gauche, la plage de la Vieille Nouvelle (faudrait savoir !)

Au loin, le port, à gauche, la plage de la Vieille Nouvelle (faudrait savoir !)

Bref, outre le paysage et les vues sur les étangs, question ride, y’a pas rand chose à faire, sinon slalomer entre les moustiques qui ne te manquent pas dès que tu t’arrêtes ! Inutile de dire que nous tout-suspendus étaient un poil surdimensionnés !

Un peu surdimensionnés les bikes…

Un peu surdimensionnés les bikes…

Revenant vers Port-la-Nouvelle le long du canal, puis le long des salins, nous avons traversé la ville pour rejoindre le terrain naturel de nos vélos, la caillasse.

Faute de grives, on fait les idiots © yannk et deux roues dans les cailloux.

Faute de grives, on fait les idiots © yannk et deux roues dans les cailloux.

Après une montée sèche et asséchante, bien que relativement courte, nous avons divagué un moment sur le plateau, de pistes en singles, que nous flairions comme des chiens d’arrêts.

Premier single de la matinée, j'ai presque été surpris !

Premier single de la matinée, j’ai presque été surpris !

À l'attaque, la faim du convalescent.

À l’attaque, la faim du convalescent.

Histoire de porter même sur le plat quand la caillasse devint trop agressive sous les crampons. De là, l’heure tournait, nous tournicotions, il nous fallait trouver encore du single pour assouvir notre faim.

Ses deux roues de nouveau dans les cailloux.

Ses deux roues de nouveau dans les cailloux.

Un peu au pif en suivant la trace de Fred nous avons fini par trouver un petit morceau sympa (bon d’accord, si nous n’avions pas manqué l’entrée de la piste nous n’aurions pas eu besoin de jardiner, mais il faut bien que nous fassions les intéressants…). Plus qu’un single, c’est une zone, un espace où tu peux essayer des tas de trucs dans une ancienne carrière au dessus de la route qui relie La Palme à Port-la-Nouvelle.

Le Canigou n'est pas jaloux.

Le Canigou n’est pas jaloux.

De fait, nous n’étions pas là pour une perf, juste pour le plaisir de rouler. Pour être passé par ces tourments, la longue attente avant de pouvoir goûter de nouveau aux vibrations du cintre dans tes mains après blessure, est un supplice à petit feu. Et libératoires sont les premiers tours de roues qui nous ramènent vers les singles.

Des petits passages sympa dans les anciennes carrières.

Des petits passages sympa dans les anciennes carrières.

Il en faut de la patience en plus pour ne pas griller les étapes, ne pas se lancer trop vite, trop fort, tenir sa gourmandise en laisse bien serrée, comme un licol au ras. Tenir sa gourmandise. La peur parfois aide, la peur de la chute, la peur de la blessure nouvelle qui viendrait repousser le moment de la délivrance. La peur qui vient ainsi parfois comme un ciment de la raison de faire lever le pied, laisser les risques à la maison, juste pour attendre que tu soies en plein possession de tes moyens.

Schuss, on a exploité chaque dizaine de mètres de single tombé sous nos roues !

Schuss, on a exploité chaque dizaine de mètres de single tombé sous nos roues !

À nos âges en plus, la quarantaine bien sonnée, les mois d’arrêts sont une sanction payée cash avec tes watts. Tu laisses dans ce repos forcé autant de moral que de condition physique. Et son absence, la condition physique, est le deuxième ciment qui peut venir avec la peur si elle existe, pour te protéger parfois par devers toi. Allez, bientôt, on règlera ça en montagne, courage Franck (et Stéphane aussi !)

Et hop, l'heure de rentrer, l'appel de la mousse.

Et hop, l’heure de rentrer, l’appel de la mousse.

Share

4 Responses to Ça pique les moustiques

  1. franck says:

    Merci pour tout Yann, j’apprécie beaucoup !

  2. Xavier says:

    C’était un dimanche au bord de l’eau, entre amis. Nul doute que la prochaine sera plus aérienne, histoire de cultiver les globules rouges ! Merci Yann pour ce ride et pour cette belle évocation. A bientôt …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 Responses to Ça pique les moustiques

  1. franck says:

    Merci pour tout Yann, j’apprécie beaucoup !

  2. Xavier says:

    C’était un dimanche au bord de l’eau, entre amis. Nul doute que la prochaine sera plus aérienne, histoire de cultiver les globules rouges ! Merci Yann pour ce ride et pour cette belle évocation. A bientôt …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *