Un échauffement cérétan

Allo Whistler ?

Allo Whistler ?

En prélude à une virée dans l’Hérault où je devais aller tâter les singles cassant de Saint-Guilhem puis les rondeurs rouges du Salagou, nous avons pris avec Giorgio la direction de Céret pour aller rouler un brin avec Patricia et Oscar. Première expérience pour moi que de voir un tandem dans les singles. C’était aussi l’occasion d’entamer enfin un projet auquel je tiens depuis longtemps, photographier des couples qui roulent ensemble, en tandem ou non (Si vous avez des amis à dénoncer, n’hésitez pas !). J’ai d’ailleurs ouvert une page spécifique ici. J’accumulerai les photos sur cette page avant d’essayer d’en faire une expo, un livre, on verra alors.

Tant que les virolos ne sont pas trop serrés entre les arbres et les marches trop haute, ça passe à fond !

Tant que les virolos ne sont pas trop serrés entre les arbres et les marches trop haute, ça passe à fond !

Nous sommes partis sous le soleil, le temps de 25 minutes, avant qu’il aille se planquer derrière les nuages hauts pour finir sa sieste. Une courte montée sur route puis piste nous amena rapidement à l’orée du premier single, avalé à toute vitesse, avec en fond d’écran pour nos yeux un point de vue « sensas » sur Céret. La liaison ensuite sur une petite route et une piste nous donnait l’occasion de bavarder sans se soucier du cardio et c’est tant mieux, même si nous n’avons pas acheté de terrain en route.

Jamais très loin derrière.

Jamais très loin derrière.

La suite fût un régal un petit single montant tranquillement sur plusieurs centaines de mètres, kilomètres, assez régulièrement, sur une terre propre, à peine humide, des champignons partout autour de la trace. Il a fallu que nous nous employions pour rester au contact d’Oscar et Patricia qui ne font pas semblant dès que ça s’élève, mais c’était bien bon. Et agréable, et nouveau pour nous, de pouvoir grimper ainsi sur un sentier sans être confronté à des défis techniques toutes les deux minutes !

Au dessus de Céret, premier single panoramique.

Au dessus de Céret, premier single panoramique.

Une fois en haut, nous nous sommes aperçu que la gourmandise nous avait rattrapé. Le programme concoté par Oscar était un peu copieux pour notre après midi. Nous avons donc basculé dans des bouts de chemins bien sympas, très rapide, laissant de côté la grimpette à Montbolo, mais cela nous donne un prétexte pour revenir !

Le sourire, même quand ça monte sec.

Le sourire, même quand ça monte sec.

Une fois en bas, il était aussi trop tard pour aller chercher la chapelle de Saint-Engrâce, mais ça fait une autre occasion etc. Nous sommes donc aventurés dans l’arrière pays d’Amélie-Les-Bains, son charme désuet de ville d’eau sous le ciel gris, ses curistes désœuvrés déambulant ici ou là, pour aller chercher un très joli sentier au prix d’une montée comme il faut sur la route, toujours emmenée à vive allure par Patricia et Oscar. de là, dans le d-, c’était parfait, rien de trop difficile, ça roulait assez vite entre les arbres, c’était bien bon. Au final, nous avons passé une chouette après midi à rouler et faire des photos, il y aura d’autres épisodes ! En attendant, la pluie a eu raison de la virée héraultaise et c’est autour d’Ille que nous avons roulé le lendemain, mais c’est une autre histoire.

Même pas peur !

Même pas peur !

Share

3 Responses to Un échauffement cérétan

  1. Le Bihan Sylvie says:

    Hello,
    Pierrick et moi, avons commencé le vtt solo il y a maintenant une petite dizaine d’années et sommes passés au tandem cette année. Cela nous permet de faire des randonnées différentes et de pouvoir parler plus facilement que lorsque je suis loin derrière.
    Mais le solo, c’est bien pour le pilotage.

  2. Pingback: Au fil de l’eau | yannk.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 Responses to Un échauffement cérétan

  1. Le Bihan Sylvie says:

    Hello,
    Pierrick et moi, avons commencé le vtt solo il y a maintenant une petite dizaine d’années et sommes passés au tandem cette année. Cela nous permet de faire des randonnées différentes et de pouvoir parler plus facilement que lorsque je suis loin derrière.
    Mais le solo, c’est bien pour le pilotage.

  2. Pingback: Au fil de l’eau | yannk.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *